Projet mystère (suite, et début de la fin)

| - 53 commentaires

Les premiers retours de devis pour la fabrication d’une marque de vêtements pour homme 100% française sont (pour le moment) sans appel, les couts confection en France sont prohibitifs (le prix de la confection, sans le tissu, correspond au prix moyen de revente d’un produit fait ailleurs). Le projet est pour le moment suspendu, nous allons continuer à regarder, mais de mon coté je n’ai pas grand espoir de le voir aboutir un jour … Beaucoup trop cher, et trop compliqué à mettre en place.

Donc, retour à la boutique et à mes chaussettes, sans regrets, malgré toute la bonne volonté de mes ex-futurs associés. Un projet de perdu, 10 de retrouvés …

  1. e-komerco dit :

    J’aime cet optimisme face à l’échec.
    Je vais guetter ton prochain mal de crâne annonciateur de nouveau projet 😉 (j’en ai noté 10).

  2. Buzz dit :

    Dommage ! Tu confirmes ainsi que la filière textile est quasi-morte en France.

  3. ludo dit :

    dommage en effet, j’aurai bien voulu voir une marque made by patrice pour être habillé de la tête au pied !! C’est vrai que c’est dommage que ce ne soit pas faisable en France…
    Bon allez ! une petite bière et tu vas bien nous trouver un nouveau projet !! 😉

  4. monsieur pop dit :

    Le textile fr va mal, mais c’est surtout le dumping chinois qui nous tue !
    Et puis, l’air de rien tu t’attaquez à un truc énorme à réaliser.

    Sinon, moi j’ai toujours une tonne d’idées, mais pas un rond devant moi :
    voilà, voilà …

  5. Éric L dit :

    ah fuck… je suis super déçu !

  6. stephane dit :

    C’est vrai qu’au dela de ton histoire personnelle, c’est bien dommage que ce genre de chose ne soit plus vraiment possible !

    Bonne phase de transition à toi.

  7. Thierry dit :

    Problème eco-philosophique : AVons nous les moyens d’acheter au prix ou nous produisons.
    Si c’est non, c’est grave !!!

  8. stefhan dit :

    Zut.

    C’était assez prévisible mais bien fait d’avoir tenté malgré tout : il est clair qu’avec une trop grande différence de prix, ça devient plus difficile d’entrer sur le marché, même si l’on était prêt à payer un peu plus pour la qualité “Made In France” pour les chaussettes…

    Bon retour d’analyse mais je ne sais pas pourquoi, je suis sûr qu’il prendra une autre forme 😉

  9. PierreJD dit :

    Un peu déçu, moi aussi !
    J’aurais aimé avoir accès à des produits de qualité fabriqués en France et designés par M. Cassard !
    Je garde mes chaussettes, j’achète très prochainement des lacets mais le reste va me manquer !

    La fabrication française est très difficile et c’est tout à ton honneur de réussir à le faire avec tes chaussettes…

    C’est pas très réjouissant pour ceux qui veulent se lancer sur des produits textiles !
    Je pense notamment à un de mes projets qui concerne la soie ! Je vais quand même pas devoir m’exiler à Roanne ! 😉

  10. Philippe dit :

    🙁 vraiment dommage !

    Si je peux témoigner, ce n’est effectivement pas facile de vendre du Made in France sans un positionnement (quasi) haut de gamme et d’expliquer à nos clients et distributeurs un prix de vente assez proche de celui des grandes marques textiles françaises…. (dont certaines ont déjà délocalisé leur production, thx Captain Obvious).

    Si t’es assez fou et idéaliste pour continuer… bienvenue au club !
    Sinon comme tu dis Patrice : “un projet de perdu, 10 de retrouvés …”.
    Je ne doute pas que tu auras de nouvelles idées originales à proposer !

  11. Piffeur dit :

    Aïe, c’est dommage en effet…

    Et dans des zones proches en Europe comme l’Espagne ou l’Italie tu y a songé ?
    Oui je sais, ça flingue toujours le côté made in France…

  12. Jali dit :

    Et à l’instar d’Apple et son “Designed in California, Made in China” tu veux pas tenter un truc espiègle ?

    Pour ton (tes) nouveau(x) projet(s) tu comptes abandonner l’habillement alors ? T’as pensé à la bouffe ? (C’est un truc que beaucoup achètent encore)

  13. oakoak dit :

    dommage alors mais j’admire ton optimisme.

    ma copine est dans le textile et elle cherche du travail et oui ce n’est vraiment pas simple (si quelqu’un a une place a offrir…..)

    et oui je suis persuadé que tu trouveras un autre projet. (avec ce temps un bon projet peut deja etre de prendre l’apero en fin d’aprem sur une terrasse, certes on est dans le court terme…)

  14. Samir dit :

    Il est clair que le coût est énorme par rapport à d’autres produits venus d’ailleurs, et la qualité en ces temps de “crise” n’a presque plus d’importance aux yeux des clients. J’étais sur un projet similaire l’année passée et j’ai du, comme toi, l’abandonner pour un moment.

  15. Lolki dit :

    Patrice ! Viens faire fabriquer à Maurice. C’est plus sympa que la Chine, est presque aussi avantageux en coûts de fabrication. Et Maurice, c’est presque la France aussi…
    Je suis là si tu as besoin de quelqu’un sur place. 😉

  16. ROY dit :

    OUI le made in france est tres difficile a realiser cepandant des marques comme seyes.fr y arrive a des prix qui ne sont pas prohibitif

  17. Patrice dit :

    Lolki > me tente pas … : )

  18. remidot dit :

    Ah mince, dommage pour ce projet…
    Serait-il serait possible de faire un post plus explicatif sur ce projet et son histoire? Une sorte de retour d’expérience qui pourrait bien être utile aux entrepreneurs/futurs entrepreneurs et surtout amateurs d’histoires (oui, c’est long à faire, mais tu pourrais en profiter pour agrémenter le tout de tes prises en M9 ^^).
    Bon courage pour la suite

  19. Antonin dit :

    Même réflexion que Jali, est-ce que la production en France est indispensable ?

  20. scol69 dit :

    Même les caleçons c’est pas jouable? (c’est ce qu’il me manque en ce moment dans ma garde-robe…)

  21. Patrice dit :

    Les caleçons c’est la pièce la plus cher à faire fabriquer (sur le ratio prix de revient / prix de vente)

  22. Flo dit :

    déjà bravo pour toute l’étude, et surtout bravo de rester fidèle à tes convictions.
    c’est effectivement triste que cela ne se fasse pas, mais franchement, je trouve vraiment ca louable.
    en te souhaitant d’autres beaux projets 😉

  23. Al dit :

    Il est encore très possible de faire fabriquer des vêtements en France mais également de les vendre à des prix acceptables

    Il suffit pour cela de voir la liste des fabricants et marques françaises qui est consultable sur le site “La fabrique hexagonale”.

    On est loin de ne voir que des marques positionnées dans le “luxe”.

    http://lafabriquehexagonale.com/2009/07/vetements/

  24. Opium dit :

    Pourquoi ne pas devenir “business angel” français pour apporter ta connaissance et quelques une de tes idées a des personnes a la recherche d’une reconvertion. Sans allé jusqu’au financement mais l’accompagnement d’un projet que tu fais voter par des gens et que tu “parraines”.

  25. Nnette du net dit :

    C’est une pensée du matin…pas très optimiste mais, franche. Merci de penser à nous consommateurs aimant la qualité mais pas le hors de prix! Je crois qu’il faut continuer dans la couleur et le petit produit mais lequel ? ton désarroi va bien te conduire à générer une nouvelle idée, c’est souvent dans ces moments là que le déclic se fait…peut-être en fin de journée.

  26. monsieur pop dit :

    Caleçons > Tous les fabricants de lingerie ont délocalisés, et de toute façon il faut 25 ans pour obtenir un Princesse Tam Tam par ex. String Republic avait fait des sous-vêtements sympas (http://www.popavenue.com/post/2008/07/04/Soyez-sexy-en-String-Republic) : il faudrait peut-être demander à Stéphane Bucco pourquoi il a arrêté … 😉

  27. Rémi dit :

    Moi je dis à quand les chaussettes de ski made in Archiduchesse ??? Là c’est un peu tard, mais pour l’hiver prochain, j’achète tout de suite…

  28. Sébastien dit :

    Qui ne tente rien…
    Mais, c’est vrai que c’est assez désespérant.
    C’est là qu’on voit le mérite des fabriquant Français, qui se démènent pour tenir.

  29. Daniel dit :

    Et si on reparlait de baskets?

  30. Arthur dit :

    et en attendant d’un autre projet, et meme si on sait que tu as fait une croix sur la fraise, pourquoi pas faire une nouvelle version de “lafraise” mais seulement sur tes visuels coups de coeur (donc peu par mois) et en reversant une partie des benef à une oeuvre sociale….

  31. Raf dit :

    Pour bien comprendre, la fabrication de chaussettes est possible en France car elle est très mécanisée/automatisée ce qu’il n’est pas le cas pour autres vêtements?
    Ce qui est intéressant dans ton étude c’est que ça permet au moins de se rendre compte qu’on ne peut pas se fringuer sans “exploiter” de la main d’oeuvre bon marché et donc qu’on ne pait pas nos vêtements au “vrai prix”. D’un point de vue éthique, ça me fait réfléchir.
    Lib et Stael arrivent tout de même à faire des chemises sur mesure à 69€. Si tu enlèves l’aspect sur mesure pour faire de la production en petite série, penses-tu qu’il serait possible de vendre des chemises bien coupées à 50€? Perso, si la qualité est là, je serais prêt à acheter 2 fois moins de chemises en les payant deux fois le prix que je les paie d’habitude.

  32. Patrice dit :

    Non, justement, pour être clair, en dessous de 60 euros TTC (prix de vente) avec une marge correcte qui permet de payer les charges et les impôts et de gagner sa vie, c’est impossible. Les derniers couts de confection que j’ai eu pour une chemise “made in France” hors cout de tissu c’était 20 euros HT …

  33. stefhan dit :

    J’aurai presque envie de dire qu’en Suisse c’est sûr que ta marque marcherait : j’ai été assez impressionné par le prix des vêtements pratiqués à la Coop ou à Manor. De quoi faire hurler un quidam français bien plus habitué aux tarifs pratiqués par Célio & Co ou Babou & Cie…

  34. Emmanuel dit :

    Une chemise de qualité, fabriquée en France, à 60 euros, j’achète de suite !!! 🙂 Quand on voit ce que certaines marques (dites grandes) font payer pour un logo posé sur une chemise de m… et pour un prix bien supérieur… 😉

    Je viens de recevoir mes premières chaussettes trop top de la mort: elles sont… trop top de la mort ! 🙂 Et en plus, classe ultime, elles sont assorties à la peluche de mon p’tit bonhomme: “oh, regarde papa, elles sont assorties à ma Marushka” (oui, c’est son nom… à la peluche, pas à mon p’tit bonhomme 😉 ).

    Ce message a valeur de bon de souscription à des chemises archiduchesse 🙂

  35. Patrice dit :

    Je suis d’accord, 60 euros c’était aussi mon prix “psychologique” pour une chouette chemise mais pour le moment on est largement au dessus. C’est le problème.

  36. Emmanuel dit :

    :-((

    Allez, bon courage, mon bon de souscription reste valable 99 ans… Au delà de cette date, je n’aurai plus besoin de chemises 😉

  37. Vincent dit :

    Il faut bien distinguer le cout de façon et le cout de la matière première. A partir du moment où l’on travail avec des tissus de qualité notamment en provenance d’Italie, il est difficile de vendre des chemises de qualité à moins de 60€, peu importe où l’on fait fabriquer la chemise. Si l’on ajoute à cela une façon française, il est en effet difficile de vendre à moins de 70/80€. La plupart des gens sont prêts a payer 20€ de plus pour des chemises qui tiennent la route puisqu’ils sont gagnants dans le temps. Ils achètent aussi un service notamment l’offre de retouches offertes sur la première chemise.
    Le marché de la chemise est un marché déflationniste comme le marché du prêt à porter l’a été il y a quelques années. Cela a notamment ouvert une brèche à la démocratisation de l’offre sur mesure. Son modèle économique est très différent du prêt à porter, ses marges aussi dès lors que l’on souhaite concurrencer l’offre prêt à porter.
    Créer une marque sur mesure est une chose, pouvoir en vivre et développer cette marque en est une autre. Dans tous les cas, le marché du produit à façon n’a jamais été aussi dynamique qu’en ce moment et c’est une bonne chose pour éduquer nos clients.

    Vincent
    http://blog-oscar.com

  38. Il y a deux ans, je voulais faire faire de la lingerie en bonnet profond… Ce qui est plus complexe par rapport à de la lingerie classique, donc plus cher.
    Résultat, pour faire une petite collection de 10 modèles ( nous avons jusque 40 tailles par modèle) il fallait compter plus de 700 000 euros de mémoire !!! Et c’était à l’étranger…
    Côté, textile, j’ai un projet avec un artiste, j’ai fais en partie comme toi, démarcher quelques Frenchy du textile et de que nous sommes en dehors du tee shirt c’est hors de prix ! et pas plus de 4 couleurs.

    Lolki-> j’ai démarché 4 sociétés à Maurice, aucune réponse, sniff…

  39. zef dit :

    C’est assez étonnant car je connais bien le milieu de la confection, ma mo’man ayant été gérante d’un atelier de confection à façon. Et vu le prix des sapes qu’on lui donnait au sortir de fabrication, on est loin des devis que tu as du recevoir !
    Peut-être qu’un petit atelier avec une exclusivité aurait été ravie de pouvoir survivre contre la machine asiatique… Quoi qu’avec les charges françaises…

  40. julien dit :

    69,90 ? pour une bonne chemise ou polo ça reste correct, tu étais encore au dessus ?
    Tu peux aussi abandonner la made in France si la France ne le permet pas.
    Faire travailler des terriens dans un autre pays c’est bien aussi.

  41. Patrice dit :

    c’était plus proche des 100 euros …

  42. Guillaume dit :

    Et coté étude de marché ?
    à 100€ la chemise tu n’as plus personne pour acheter ?

    Quand je vois les horreurs vendues à ce prix, je pense qu’il doit y avoir de la place pour proposer de la qualité et du made in France.

    Sans citer de marque, j’ai souvent vu des marques US, mais made in asia, vendue dans les 100 € en France, et à moins de $30 aux US. Et le pire c’est que ça se vend bien en France à ce prix. Leur seul avantage, et c’est à mon sens ce qui les fait vendre, c’est leur image de marque. Largement usurpée et surfaite … mais ça fait vendre. Et c’est vrai que sur ce terrain, il sera difficile de se battre … pour l’instant 😉

  43. stefhan dit :

    @Guillaume Certes, il y a un certain public pour ce type de chemise à ce prix.

    Mais de mon côté, 100 euros pour une chemise, je trouve ça très exagéré et mes finances ne me permettront jamais de m’offrir de telles chemises, bien qu’elles soient magnifiques, solides, “made in france” et “by Patrice”.

    La plupart du temps, je ne craque que pendant les promos (soldes, 3 chemises au prix de 2, etc.) pour la plupart du temps 40 euros, maximum 50 euros. Donc 1 chemise pour 100 euros, Patrice ne pourra – hélas – pas compter sur moi.

  44. Guillaume dit :

    @Stefhan : Effectivement, c’est un prix élevé. Je constate juste que d’autres marques arrivent à vendre à ce prix, et avec une qualité assez médiocre. Tout comme toi, je me penche souvent des vers des chemises moins chères. Je prends les miennes dans une boutique anglaise ( mais produite en asie ), où j’ai 4 chemises pour 100£ ( soit dans les 25 € pièce environ). Le meilleur rapport qualité prix que j’ai put trouver pour l’instant. Elle sont mieux faites que des chemises de soit disant couturier, mieux coupées, meilleurs tissus, etc … on paye la chemise, pas le nom d’un mec brodé dessus 🙂

    Comme évoqué par d’autres personnes, le prix et la barrière psychologique semble se situer autour des 50~60 euros. Ce qui est déjà assez élevé à mon avis.

  45. Raphaël dit :

    Bon, archiduchesse est possible (ou plutôt facilitée) avec une fabrication française, car c’est de la maille sans beaucoup d’intervention humaine. L’essentiel des fabrications textiles françaises sont sur de la maille. Mais ce n’est pas pour cela qu’une fabrication française n’est pas possible sur d’autres articles.

    Soucis 1 : la distribution qui double le prix de vente à chaque intermédiaire, pourtant souvent primordiale. Distribuer en ligne règle le problème mais n’est pas une solutino pour tous les produits… j’en sais quelque chose…
    Soucis 2 : le prix du travail certes, mais pas seulement, car en fait, nos amis chinois achètent aussi le tissu et les accessoires textiles moins chers que nous ici, même les marques connues. Un fabricant roumain était, il y a 5 ans, 50% plus cher qu’un Chinois sur un produit fini alors qu’en façon pure (sans la matière), il était au même prix.
    Soucis 3 : vu que le textile français est dévasté depuis 30 ans, il n’y a plus la ressource industrielle ! Il reste quelques petits fabricants qui t’assomment avec des coefficients x3 x5 sur leurs coûts. Dans certains cas, trouver un façonnier français peut être juste impossible.

    J’ai un projet un peu similaire. Réaliser sa production en France, quoi que l’on produise, est possible et j’en suis convaincu. La CCI du Puy en velay aussi…. même si mon expérience textile me pousserait à confier la prod (voire le style !) à un façonnier marocain, tunisien, sri lankais ou chinois, pour un tel projet, moi, je veux le faire ici.

    Avec 72 243 ministères et réseaux de CCI, questions environnementales et d’emploi, etc… je reste sur le cul qu’aucun label “made in France” ne valorise la production française et responsable auprès du consommateur l’incitant ainsi à chercher l’étiquette du lieu de production sur le T-shirt G-Star à 110 euros qu’il va acheté alors que ce dernier est fait en Chine et a coûté de 2 à 5$….

    J’ai beaucoup travaillé avec la Chine, y suis allé pour leur vendre et pour leur acheter du textile…. et il reste de mon expérience avec eux une profonde envie de ne jamais rien acheter de fabriqué en Chine….

    Bref, je pense qu’il faut persévérer. Je peux t’aider si tu veux.

    Un peu d’inspiration : je suis aux USA depuis quelques mois et je regarde “we can make it in America” sur HBO. Il faut y jeter un oeil… inspiring….

  46. LFH dit :

    @Raphaël
    Bonjour les amoureux de la chaussette française
    Loin de moins l’idée de faire de la publicité à mon modeste site, mais enfin… Pour info, lafabriquehexagonale.com peaufine un partenariat avec un organisme qui a élaboré un label, sérieux, contrôlé, loin de la législation actuelle. Coudre un bouton en France sur un polo fabriqué en Tunisie ne suffira pas pour l’obtenir … Ce partenariat sera opérationnel dès le début avril. Autant dire demain… Grâce à ce label, les entreprises qui le désirent et qui remplissent un certain nombre de règles et de conditions pourront afficher leur fabrication française, leur respect de l’environnement, leur attachement aux savoir-faire. Créé par des industriels, il viendra pallier les carences du “made in France”, désormais totalement dénaturé et décridibilisé. Souhaitons que marques et fabricants seront nombreux à se faire labelliser, à montrer leur attachement à la production locale…

  47. Patrice dit :

    LFH > oui effectivement ça serait sympa de voir une sorte de label éclore, t’as pas peur par contre qu’ils se multiplient dans les mois qui viennent et que ça deviennent un peu comme les labes “bio” … incompréhensibles par le commun des mortels ?

  48. Patrice dit :

    Raphael > Pour l’instant je vais me concentrer sur ce qui est déjà (ou encore) possible de faire fabriquer en France, à savoir les chaussettes, je mets de coté les autres projets, sans m’interdire d’y revenir un jour.

  49. LFH dit :

    @
    Patrice
    Bien sûr qu’il y a un risque, comme il y en avait un avec le site lui-même. Quand je l’ai lancé il y a dix-huit mois, lafabriquehexagonale.com était le seul, avec fabriquerenfrance.com. Depuis, comme c’est un peu dans l’air du temps, les sites se sont multipliés, certains copiant éhontément le concept d’annuaire-sujets d’actu, les sujets et même le logo ! Et je me demande si Archiduchesse ne paie pas son écot annuel pour avoir droit à un service gratuit sur La Fabrique…
    Pour ce qui est du label, il existe déjà depuis un moment. C’est le partenariat qui est tout nouveau. Mais j’en parlerai plus précisément dans quelques jours. Je deviens un peu parano sans doute. lafabriquehexagonale deviendra la vitrine de ce label, qui lui deviendra la caution du site. L’ensemble me paraît cohérent. Des entreprises sont déjà labellisées, d’autres ont simplement adhéré, car elles ne remplissent pas encore toutes les conditions pour décrocher ce label. Mais elles s’engagent à travailler pour s’améliorer…

  50. Raphaël dit :

    @LFH
    De quel label parles-tu ?
    Toute initiative est bonne à prendre, mais je souhaite vraiment une mesure nationale et gouvernementale. Car, à mon sens, il faut de gros gros moyens :
    – campagne de com (ça fait un peu 80s certes) pour promouvoir le consommer français ou “local” et pourquoi c’est important.
    – législation : pourquoi pas une obligation de mettre en facing la provenance du produit dans la distribution pour faciliter la tâche de comparaison de l’origine du produit dans les critères d’achat ? Ce n’est qu’un exemple.
    – “law enforcement” : commerçant, tu n’affiches pas la provenance de ton produit, tu écopes d’une grosse amende. Industriel : tu as menti sur la réelle provenance de ton produit, tu paies… il faut des mesures/contrôles/amendes dissuasives. (je trouve encore des vêtements dans les boutiques qui n’ont pas d’étiquette de provenance !
    – Merci la douane volante : ils sont là pour nous protéger et ont un rôle à jouer. Ils ne sont pas là que pour protéger Louis Vuitton qui au passage ferme son usine de Roman….

    Bref, comme le craint Patrice : labels privés, multiplication des labels, problème de transparence (qui est derrière ? intérêts éconmiques…).. tout risque de rendre la situation confuse. Mais encore, toute initiative est bonne à prendre en la matière.

    @Patrice
    Heureux homme, se concentrer sur un seul projet, mon rêve… mais j’peux point. Je suis dans la région tout l’été et à mon retour, je passerai à la boutique. Je pense que mon projet peut te débloquer des pistes.

    Vive la chaussette stéphanoise, le t-shirt de trail made in Pilat, la culotte made in plateau ardéchois, le maillot de beain made in Loire Valley et le jean made in velay !

  51. Raphaël dit :

    Eratum…
    La série HBO s’appelle “How to make it in America”.

  52. Pascal dit :

    Bonjour,
    Concernant le prix “sortie du façonnier” en France, je crains que certains fabricants n’aient pas encore compris que pour fabriquer il faut être compétitif et cela passe par un outillage performant donc des investissements, la suppression d’un certain nombre de postes très coûteux et pas franchement adéquates à leur structure par rapport aux productifs qui sont en général des personnels compétents et motivés ce qui signifie la rationalisation des frais généraux.
    A ce prix ils pourront produire ce que nos voisins Européens sont capables de faire en local, j’ai vu récemment sur un journal un façonnier de ma région qui vendait une chemise à 52€ avec du tissus acheté au Portugal….. il n’y a quand même pas 40€ de tissus pour cette chemise…
    au plaisir
    Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.