Juste une mise au point

by Baptiste

Je ne vais pas vous parler de ma grande passion pour Jackie Quartz, mais plutôt vous parler de ce dilemme du e-commerçant, voire du commerçant tout court (pour avoir travaillé dans un bar avant, je vois à quel point une boutique réelle et un e-commerce se rapprochent sur certains points), cette dichotomie (joli mot qui ne rapporte malheureusement pas beaucoup de point au Scrabble) entre ce que l'on est dans la "vraie" vie, et ce que l'on perçoit de nous, ou plus précisément ce que vous percevez de nous, en résumé: doit-je être ici comme je le suis dans la vie? (vous avez 4 heures).

Biensûr je sais que je suis à mon travail, que je ne suis pas dans mon salon, que j'ai quelques responsabilités envers vous et Patrice et que forcément je ne serai jamais réellement complètement "naturel" sur ce blog, mais comme plus ou moins tout le monde, que cela soit sur un blog ou avec des connaissances autour d'une table de restaurant, mais j'essaie de l'être, tout en faisant tout de même attention à réfléchir un peu avant de dire ou écrire quelque chose, et le souci, enfin mon souci, est là: jusqu'où va cette auto-censure?

Jusqu'à présent je ne regrette aucun billet que j'ai posté sur ce blog, même celui des "gladiateurs" qui, on le savait en le postant, allait fatalement nous donner droit à quelques grincements de dents et qui est un peu, avec l'affaire de la "stouquette" (ah non! on a dit qu'on n'en parlait plus) la goutte qui a fait déborder le vase, ou dans ce cas présent les éléments qui ont déclenché ce billet. J'ai ce sentiment que plus ça va et plus il va falloir faire attention à ce que rien ne dépasse (hum hum), que je vais devoir de plus en plus peser le pour et le contre avant de dire ou faire quelques choses, parce que vous êtes de plus en plus nombreux, et donc forcément avec de plus en plus d'avis différents, et qu'écrire pour un imaginaire lecteur/client moyen pourrait m'amener à écrire d'une manière de plus en plus lissée, propre, moyenne, pour plaire, ou au moins ne pas déplaire, au plus grand nombre, et que faire des phrases aussi longues ne devrait pas être permis.

Bon j'en viens à ce que je voulais dire vraiment et j'arrête de tourner autour du pot. En bref, oui par moment on, je, poste des billets moins "lisses", "potaches" pour reprendre un terme utilisé dans des commentaires, mais ce n'était quand même pas des captures d'écrans de gonzo allemand tourné dans des bunkers non? Ou alors je suis complètement dégénéré et je ne me rends pas compte...

Alors oui, on est peut-être, sûrement, "potaches" par moment, des trentenaires qui rigolent de conneries de post-adolescents, mais nous sommes aussi des parents, des gens qui arrivent plus ou moins à faire tourner la boutique Archiduchesse, en tentant de lui faire prendre le chemin qu'on aimerai bien qu'elle prenne tout en jonglant avec vos avis, les nôtres, en essayant de ne pas glisser petit à petit vers une boutique sans âme où tous nos billets ne parleraient que de "chaussettes" ou de codes de réduction, où le SAV serait assuré par un premier filtre automatique vous demandant de choisir la catégorie de votre problème à traiter, où vous tomberiez sur un enregistrement automatique vous demandant d'appuyer sur # pour accéder au menu du service client et où effectivement tout serait peut-être bien mieux trié, mais je préfère pour le moment, même si de temps en temps je ne vous cache pas que l'idée ne me semble pas si désagréable, répondre à vos mails, vos commentaires, vos engueulades (oui oui ça arrive), vos compliments (heureusement aussi), personnellement, c'est plus, comment dire, humain.

Finalement (oui je conclus, enfin), il m'arrive de faire des erreurs d'appréciation (que celui qui ... vous connaissez la suite), mais ce n'est en général pas bien méchant, il me semble. Mais on se démène également pour essayer de retrouver un colis perdu entre Paris et Namur, pour trouver une paire de chaussettes qui resterait en boutique pour compléter une commande, essayer de répondre à toutes vos questions, même les plus inattendues comme "Pouvez-vous me dire où en est ma commande, ça fait déjà trois semaines que je l'attends !!!! -Bonjour monsieur, et bien je ne sais pas mais il faudrait peut-être voir avec le SAV de la boutique dans laquelle vous l'avez achetée. Amicalement, Baptiste", trouver de nouveaux modèles, avoir du stock.
Bref, gérer un commerce sans pour autant s'oublier dans le travail, et donc essayer de rester un poil soi-même et savoir qu'on vous écoute, qu'on lit tous vos commentaires (ou presque). Et si vous lisez ces mots, et bien bravo, c'était un bon pavé à lire.