Torpille.fr (Retour d'expérience)

by patrice
Faire exister une nouvelle marque en ligne n'est pas aussi simple que j'ai parfois tendance à le laisser croire (ou à le croire), et le retour d'expérience que j'ai reçu ce week-end par mail de Delphine (la fondatrice de Torpille.fr) confirme en partie l'analyse de Michel de Guilhermier, qui, c'est drôle, porte précisément sur le type de produits vendu par Torpille, à savoir des chemises de bonnes qualité type Figaret, vendues en ligne et hors ligne. L'aventure de Delphine est passionnante, c'est un cas d'école, une création d'entreprise et de marque avec toute la passion et les problèmes que ça implique, voici son mail (parfaitement lucide sur sa propre situation et ses erreurs) : torpille "Après 12 années extraordinaires passées chez Vilebrequin en tant que responsable du réseau des boutiques, j’ai refusé une mutation à Genève et j’ai été licenciée économique voilà 3ans. Suite à ce parcours où j’ai appris 1000 et une choses, je me suis dit que j’avais l’expérience et la volonté pour monter ma propre marque. C’est alors qu’un an après, j’ai lancé seule la marque Torpille. Torpille est une marque de chemises élégantes et fantaisies pour toute la famille, c’est un produit magnifique, très réussi et évidemment plutôt cher ! Il s’agit de chemises imprimées, avec des motifs exclusifs que je fais dessiner par des designers textiles." "Aujourd’hui, si je suis très fière de mon produit, j’avoue l’être beaucoup moins de sa commercialisation, qui s’apparente à un fiasco total. Mon idée de départ était simple : révolutionner la distribution, rien que ça !"
  • je constitue un stock (4500 pièces pour la 1ère collection)
  • je propose ce stock sur mon site à la fois aux internautes, mais surtout aux revendeurs multimarques, qui peuvent acheter sur un espace réservé à des prix revendeurs.
  • au fur et à mesure des ventes je reconstitue mes stocks avec de nouveaux imprimés.
"Avantage pour les revendeurs : pas de minimum d’achat imposés, pas de pari sur l’avenir en faisant des commandes 6 mois à l’avance, livraison immédiate, pas de stock inutiles … Inconvénients : ils payent immédiatement leur marchandise et pas à 60j. Avantages pour moi : pas de personnel, pas de boutique, pas de show room, pas d’impayés … Inconvénients : je finance et assume le stock." "Riche de ce concept « génial », je me suis mis en chasse à partir de septembre 2007 de l’agence web idéale, sachant que je savais exactement ce que je voulais pour mon site (autant pour les fonctionnalités que pour le design). Et là mauvaise pioche, je n’ai pas compris qu’il ya avait un fossé énorme entre une agence web et une agence spécialisée en boutiques en ligne, bref j’ai acheté un site hors de prix (30 000 €) qui m’a été livré en retard et surtout incompatible avec la vente en ligne. Je vous passe tous les détails, mais j’y ai laissé non seulement beaucoup d’argent, mais surtout une partie de mon énergie. Pour tout vous dire je n’ai jamais utilisé ce site, j’ai préféré me couper une main que tout le bras et j’en ai donc racheté un 2ème immédiatement dans la foulée. Evidemment pour ce 2ème site, je n’ai pas refait les mêmes erreurs dans le choix du prestataire, mais je vous rassure j’en ai fait d’autres ! C’est ainsi, que j’ai réceptionné ma marchandise d’été en avril 2008 et que j’ai pu ouvrir mon site en décembre 2008 , soit une année d’exploitation de perdue et autant d’argent. La crise est arrivée la dessus, ce qui ne m’a pas franchement aidé." "Aujourd’hui, le bilan n’est pas brillant, en 1 ans j’ai bien du vendre 50 pièces sur internet (2500 dans une petite boutique qui me servait aussi de bureau et de stockage à st germain en laye, je l’ai cédée le mois dernier), et 0 pièce vendue aux revendeurs multimarques. Heureusement que je fais du conseil pour les réseaux de boutiques en parallèle, sinon la catastrophe serait totale." "Maintenant que je vous ai expliqué tout ça, je en sais pas ce qui vas suivre, peut être que vous pourrez m’aider à vendre mes 2000 pièces encore en stock, peut être que vous pourrez me donner la clé de la vente en ligne, peut-être que ma marque et mon concept vous intéresseront … peut-être qu’il ne se passera rien de tout ça. En attendant pour le savoir, il fallait essayer !" "Si j’ai éveillé votre curiosité, vous pourrez découvrir Torpille sur www.torpille.fr" (60% de réduction + frais de port offerts avec le code promo "DUCHESSE") Pour répondre à Delphine, malheureusement non il n'y a pas de recette miracle, et c'est bien dommage parce que l'idée de départ est plutôt bonne et saine, les produits ont l'air vraiment qualitatifs, le nom bien trouvé (il se retient très bien) et l'univers qui se dégagent des quelques photos de la galerie parfaitement approprié au placement de la marque (familiale et plutôt BCBG). Si on me demandait de reprendre cette marque pour la remettre sur pieds, je ferais immédiatement refondre le site web, qui dessert clairement les produits, en ne les mettant pas du tout en valeur (mais alors pas du tout), et je pense que je casserais le prix, qui est certes adaptés à la revente aux boutiques et aux marges empilées, mais pas vraiment à la vente en ligne, super concurrentielle par nature. En résumé : un superbe site très "luxe", de très bons produits, à un prix bien plus "attirant", beaucoup de communication et ça pourrait marcher. Mais encore une fois, il n'y a pas de recette miracle, c'est juste mon avis. Et puis de toute façon, avec Torpille.fr moi j'aurais à coup sur fait des caleçons pour homme ! Un avis ? des conseils ?