Billet du soir...

by Baptiste
Il est environs 20h44 quand je débute ce billet. Les enfants sont au lit, la télé tourne sans le son, le casque sur les oreilles, une cigarette dans ma main gauche qui ne m'handicape presque plus pour taper au clavier, la force de l'habitude, et les quelques coupes de champagne pour fêter un heureux événement personnel m'aident aussi artificiellement à délier tout ça. Demain nous partons direction Limoges, rendre visite à notre fabricant, voir tous ceux que nous(vous) ne voyons jamais, ceux qui , contrairement à moi, ne sont pas dans la lumière, même si la "poursuite" d'Archiduchesse reste une poursuite de petite salle de province, celle pour laquelle j'arrive presque à monter sur "scène". Un doux mélange de "boule au ventre" et d'excitation d'enfin découvrir "l'avant", certainement liée à la simple rupture de notre rythme habituel. J'imagine déjà Patrice lisant ce billet, et je m'imagine aussi ce qu'il en penserait: pas grand chose certainement, ou peut-être qu'il me dirait d'arrêter d'écrire des billets à la con comme ça, je n'en sais rien, je tente. Je ne sais pas trop où je veux en venir, peut-être juste vous montrer un peu le quotidien, un instantané, d'un e-commerçant de province où les "soirées intestines" se font rares, la ligne 7 du métro parisien ne descendant pas jusqu'à Saint-Étienne, ce qui me manquerait presque de temps en temps, j'ai bien dit de temps en temps. Bref, un billet du soir, peut-être beaucoup plus intime que d'autres, l'obscurité aidant. Il est 21h06.