Fracture du cervellet à grand coup de chaussettes en coton

by patrice

Suite aux commentaires du billet concernant la gamme "deville", ou tout le monde semble avoir un avis différent sur le sujet, aux remarques que j'ai glanées samedi soir chez Benoit entre 2(0) coupes de champ, je me pose pas mal de questions sur archiduchesse, son positionnement, et sur ses évolutions à venir.

Je suis plus que convaincu qu'il y a quelque chose à faire avec les chaussettes, même si pour l'instant les ventes ne sont pas tout à fait représentatives du potentiel que je pressens. Il suffit de faire un tour attentif du web pour se rendre compte que l'angle d'attaque des nouvelles boutiques du secteur, un peu partout dans le monde, a radicalement changé en un an.

Avant, soit on abordait le produit de façon "utilitaire" à la façon des VPCistes du nord sans y mettre le moins grain de décalage, soit on restait sur des concepts "bullesques" d'abonnement et de fil d'écosse, tout droit hérités de l'an 2000.

Aujourd'hui, la tendance de la chaussette en ligne, c'est ça :

Des marques drôles, décalées, qui présente les produits de façon attractive, et des sites qui donnent envie d'acheter, plus seulement parce que c'est obligatoire et qu'on en a tous besoin.

Ces 3 premiers mois avec Archiduchesse m'ont clairement donné envie d'aller plus loin, j'aime le produit parce qu'il est simple, sain, renouvelable et qu'il concerne théoriquement tout le monde, je suis sur le point m'y investir encore d'avantage (à tous les niveaux), et j'ai du coup, plein de choix très compliqués à faire, dans les semaines qui viennent.

La production doit elle rester en France ? (La Turquie c'est presque 2 fois moins cher et qualitativement comparable, donc plus concurrentiel). Est ce que je dois rester sur le concept de déclinaison en couleur de plusieurs gammes ? (En mettant fatalement de coté un lafraise-like de la chaussette, qui serait bien plus drôle et plus facile à animer).

Le projet vit une période charnière, mon souhait est de travailler dans les mois qui viennent à professionnaliser le site et la marque, en faisant les bons choix. Le même genre de prise de risque qu'entre la première et la seconde version de lafraise, sans forcement (je le sais) à la clé, la même réussite ... C'est compliqué : )